samedi 29 avril 2017

10 TRUCS POUR GÉRER SON INSÉCURITÉ FINANCIÈRE



Bon samedi matin,
Bien oui, les oiseaux dormaient encore quand Zézette, les yeux grands ouverts, s’est réveillée à 6h30 ce matin, c'est son droit d’être en pleine forme, elle a dormi comme une buche depuis 19h hier soir.

Cette semaine, j’ai placé un immense tableau de mon budget sur mon mur de cuisine que je dois suivre à la lettre.
Fini les dépenses inutiles, je dois payer mon loyer, l’Hydro, Bell et tous les autres comptes avec mes maigres revenus et il m’en manque un peu.

La seule solution sera de me trouver une ptite job un ou deux jours par semaine si je veux me payer quelques sorties au billard ou entre amis.
Je ne voudrais surtout pas faire un retour en arrière pour quelques dollars à revivre avec mon ex-mari ou un autre juste pour me sentir en sécurité. Je tiens à mon indépendance et vivre seule me va parfaitement. 

Si un jour, je partage ma vie avec quelqu'un, ce ne sera  pas l'attrait de l'argent qui me motivera mais l'amour

Par contre, l’artiste en moi doit prendre du recul, attendre les quelques dollars de la vente de tableaux à venir est beaucoup trop stressant.

Malgré tout, un miracle s’est produit.
Tilou4, mon ex-entraineur sportif, m’a surprise en m’achetant 25 toiles à un prix raisonnable, cela me permettra de tenir le coup quelques semaines. Il vient de vendre son condo et il veut se partir une ptite galerie d’art dans sa nouvelle maison. Il a une nouvelle blonde dans sa vie, mais notre lien d’amitié reste intact grâce à notre amour pour les arts. 


Je sais très bien que je n'aurai pas ce genre de miracle tous les mois, ma famille me conseille et je dis un gros MERCI particulièrement à ma soeur May West qui me prête son oreille tous les jours et fait tout pour m'aider.
Lolo la plus qu’imparfaite XXX


10 TRUCS POUR GÉRER SON INSÉCURITÉ FINANCIÈRE

L'insécurité financière nous guette tous, et la peur de manquer d'argent semble généralisée. La coach de vie Annie Germain propose 10 trucs pour réussir à s'en sortir.

1- Se questionner sur son insécurité

Se questionner permet de comprendre et de cibler les changements possibles. En cas de manque de fonds, on peut se demander si on a une perception erronée de la situation ou si nos attentes et notre train de vie sont trop élevés compte tenu nos revenus. Ce questionnement est une belle occasion d’apprendre à se connaître plus en profondeur et d’accepter de vivre des moments de faiblesse, de peur ou de découragement pour accéder à son plein potentiel.

2- Dédramatiser

Avoir des dettes, éprouver des difficultés financières ou ressentir de l’insécurité ne signifie pas qu’on a vécu un échec ou qu’on a moins de valeur. Il est possible qu’à certains moments la gestion du portefeuille n’ait pas été une priorité, qu’on ait mal géré son budget ou qu’on a dû faire face à des imprévus. On peut apprendre de ces épreuves, grandir, devenir plus fort en utilisant de meilleures stratégies de planification.

3- Ralentir pour agir judicieusement

Lorsque le niveau de stress devient trop élevé, il est important de ralentir, de se ressourcer et de vivre le moment présent. Bon nombre d’activités, comme la marche la course ou lecture, sont accessibles gratuitement ou à peu de frais, et permettent de se sentir bien. On peut aussi prendre un bain, écouter de la musique, se relaxer dans un parc ou parler à un ami. Cet arrêt permet de prendre du recul afin d'analyser la situation et de faire des changements réalistes par la suite.

4- Reprendre le contrôle de ses finances
Faire un budget, couper dans les dépenses superflues et se fixer des limites personnelles réalistes sont des façons de reprendre le contrôle de ses finances. Résister à la tentation d’utiliser le crédit sous toutes ses formes favorise une bonne gestion du budget et permet de ne dépenser que l’argent disponible Il est utile de se fixer des limites en s’allouant un budget qu’on s’engage à respecter. Avoir recours aux services d’un professionnel- un conseiller financier par exemple, facilite aussi le changement vers une meilleure gestion financière.

5- Avoir des attentes et des objectifs réalistes

Apprendre à se fixer des défis élevés et réalistes et se donner les moyens de les réussir permettent de transformer l’insécurité en moteur d’action et de motivation. Il convient de se rappeler que ce n’est pas la réalisation de l’objectif qu'on s'est fixé qui amène un état de bien-être, mais les accomplissements et la personne qu'on devient en cours de route.

6- Viser un mode de vie sain et équilibré

Il est utile d’adopter un mode de vie sain et équilibré, particulièrement en cas de crise financière. Bouger, s’amuser, prendre de l’air et bien s’alimenter aide à réduire le stress et augmente le niveau d’énergie. Être bien dans son corps favorise un meilleur sommeil et permet d’être mieux outillé pour gérer l’insécurité. Il est essentiel de répartir notre temps de façon à faire des activités qui nous plaisent et à passer du temps avec les gens avec lesquels on se sent bien.

7- Méditer
La méditation est un état d’attention qui favorise l’acceptation de l’insécurité en étant en rapport avec l’instant présent plutôt qu’avec ses émotions, ses croyances et certains jugements. Elle permet de clarifier la vision qu'on a de notre expérience et de mieux réagir aux événements.

8- Faire confiance à la vie
Accepter ce qui se passe dans notre vie et constater que ce qu’on considère souvent comme une épreuve peut, en fait, être un déclencheur de changement, voilà qui permet de cheminer. Être reconnaissant et lâcher prise lorsque nécessaire permet de mettre nos énergies aux bons endroits, d’être à l’écoute de nos intuitions et de faire de meilleurs choix.

9- Miser sur ses relations, pas sur la consommation
Lorsque la sécurité financière n’est pas au rendez-vous, autant en profiter pour apprécier encore plus le moment présent et les gens qui nous entourent. Apprendre à se détacher de certains biens matériels et miser davantage sur la qualité des relations humaines contribue à apaiser le sentiment d’insécurité.

10- Cultiver la confiance en soi

Cultiver l’estime, à savoir être conscient de ses talents, aptitudes et habiletés (toutes ces choses qui font de nous une personne unique), aide à travailler sur son insécurité, à rétablir un équilibre financier, à se trouver un emploi ou des contrats supplémentaires, etc. L’insécurité est une chance de mettre à profit son unicité et de se dépasser en développant de nouvelles capacités.

Propos recueillis par Michèle Lemieux.
Article publié dans le magazine Le Lundi.

lundi 24 avril 2017

Il ne reste qu'à vendre


no.026 Vive la France

Enfin!!!

Tous mes ptits tableaux sont installés au Café depuis ce matin très tôt, il ne reste qu’à les vendre et Ricardo m’a dit qu’il était un très..très bon vendeur.

J’ai travaillé tellement fort en fin de semaine à encadrer, baptiser, numéroter, numériser, retoucher afin que tout soit prêt pour aujourd’hui.
Ricardo m’a demandé de me faire passer pour sa tante... y parait que son cuisinier qui voulait exposer ses toiles pourrait me jalouser
En faisant partie de la famille, le personnel et les quelques clients artistes qui le sollicitent jaseront moins.
Après plus de 25 tableaux en moins de quelques semaines, j'aimerais bien prendre un ptit break de peinture,

Je me sens comme une baloune désoufflée, j’aurais besoin d’un bon coup de pied au cul pour me faire sortir de la maison.  Il faut que je mange aussi, je n’ai plus d’appétit...manger seule, je trouve ça bien plate.

En attendant, j’ai la piqure et je continuerai de peindre à mon rythme.

Possible qu’un jour je puisse me payer une maison avec mon art, Fifille2 me disait qu’elle avait un très bon livre sur la pensée positive, mais un miracle de la Vierge Marie serait bienvenue.

Lolo la plus que parfaiteXXX

no.05 L'éléphant aux bottines

no.04 Juliette à l'envers




dimanche 16 avril 2017

JOYEUSES FÊTES DES LAPINS


Un peu tard pour vous souhaiter
JOYEUSES FÊTES DES LAPINS!!

J'ai fait un arrêt chez Fifille2, je leur ai distribué leurs ptits Lapins de chocolat...une tradition familiale à laquelle ma fille tient beaucoup et cela me fait toujours plaisir.
Je me souviens des dizaines de soupers de Pâques en famille avec jambon au sirop d'érable au menu.

J'ai joué au billard tout l'après-midi, je m'en viens bonne en maudit, j'ai rentré quelques boules qui m'ont étonnée, mais j'y vais plus pour rire et jaser avec des amis.

On était plusieurs à souper, comme, je suis très chanceuse aujourd'hui, j'ai soupé en face du beau (?&*?%?$????) que j'essaie de séduire depuis Noel, on a partagé un smoke meat et une demi-bouteille de vin et en plus il m'a acheté un tableau.
WOW!!! 2e vente depuis ce matin.

Pour ou contre la légalistion du pot,
 alors...j'ai mis ma grosse robe de chambre et je vais aller faire un tour sur F.B.

Lolo la plus qu'imparfaitexxx

Bistro de la Gare

YESSS!!!! Ricardo du Bistro de la Gare accepte 
d'exposer mes ptits tableaux.

Un side-line amusant
une jobinnne en profitant de mon talent artistique.


C'est bien possible que j'ai trouvé ma vitesse de croisière, je travaille une nouvelle technique que j'aime beaucoup et le résultat à mon avis est très beau.

Je vise aussi une école hôtelière, un ami y travaille et j'aimerais bien qu'il me plogue.
Si je peux me faire un profit raisonnable, je serai plus que contente.

Je préfère en vendre quatre dans un mois à $25.00 qu'un seul à $100.00 en quatre mois, j'espère payer quelques factures surtout celle de mon Bell.

Je suis assez réaliste à savoir que les personnes qui achètent de l'art sont assez rares dans mon entourage...la livre de beurre est beaucoup plus essentielle, alors en rendant mes ptites oeuvres anonymes à un prix compétitif de la Chine, je pourrai en bénéficié.


Pour information: 8'' X 10'' ou 20cm X 25.4cm
Seulement à $25.00...oui PAPA!!!
Lolo la plus que parfaiteXxx



VENDU 




samedi 15 avril 2017

Cet animal qui tue sa femelle


Joyeuses Pâques, la fête des ptits Lapins
Toutes nos fêtes religieuses disparaissent, maintenant on fête le Printemps.
Les crucifix décollent de nos murs ainsi que nos traditions.
On peut tuer sa femme et ses enfants...pas grave, d'abord que vous payez vos impots.
Bienvenue la bêtise humaine surtout que je l'ai côtoyer de près dimanche dernier quand un maudit fou voulait tuer son ex au billard.
Lolo la plus qu'imparfaite XXX
 
Cet animal qui tue sa femelle
J'adore
Boucar Diouf (merci Solange)
Que ce soit dans ses spectacles ou dans ses apparitions à la télé, il a un humour intelligent plein de bon sens qui laisse passer le message.
Opinion

Cet animal qui tue sa femelleBoucar Diouf Humoriste, conteur biologiste et animateur, collaboration spéciale

Il y a chez l’espèce humaine des zones très sombres qui me font peur. Des recoins lugubres qui amènent une certaine sagesse populaire à dire que notre côté animal nous joue parfois de mauvais tours. Une affirmation que je trouve des plus insultantes et réductrices pour les animaux, car dans le grand groupe des mammifères dont nous faisons partie, les espèces qui s’en prennent mortellement à leurs femelles sont extrêmement rares, voire inexistantes.

Au contraire, le problème du mâle Sapiens est un pilier central de son humanité. Je parle ici de ce monstre insatiable, capricieux et parfois terrifiant qui s’appelle l’ego. Les chimpanzés ont beau être parmi nos plus proches parents, un mâle n’y massacre pas une femelle parce qu’elle cherche la compagnie d’un autre mâle. On peut même dire sans se tromper que sur ce plan, les singes semblent bien plus évolués que les humains.

Lorsque ce monstre s’invite dans le couple, il cohabite souvent avec la jalousie et la possessivité maladives qui amènent certains monstres d’ego à commettre l’irréparable. Chez ces très méchants, « je t’aime parce que tu flattes mon ego » est intiment couplé à « tu as blessé mon ego donc je vais de tuer ». Et pourquoi ne pas tuer les enfants pour te faire souffrir à vie ou programmer simplement la fin de toute la famille ?

Pendant que tout le monde s’offusque de l’arrêt du processus judiciaire et de la libération de Sivaloganathan Thanabalasingham qui a égorgé sa femme, depuis quelques semaines, il y a eu le meurtre de Daphné Huard-Boudreault, celui de trois femmes à Trois-Rivières et plus récemment d’une mère et de sa fille dans les Laurentides.

C’est dramatique et extrêmement désolant de constater qu’en 2017, la violence faite aux femmes est encore aussi répandue dans nos sociétés qui se disent pourtant de droit.

L’ego, la possessivité et la jalousie ont poussé les hommes à cacher les femmes, à les violenter, à leur mettre des ceintures de chasteté, à les lapider et à vouloir les posséder encore aujourd’hui comme on possède un animal domestique. Plus les femmes sont libres et ont des structures qui les protègent du jugement populaire, plus elles refusent ce contrôle absolu et plus certains hommes incapables de vivre avec cette normalité se radicalisent.

Je crois de plus en plus que le nombre de divorces est un indicateur des plus fiables du niveau d’égalité entre les sexes dans une société. Dans la grande majorité des nombreux cas de séparation au Québec, c’est la femme qui demande le divorce.

Quand l’homme détraque et s’en prend physiquement à elle, c’est presque toujours parce qu’il y a un autre mâle visible ou soupçonné dans la vie de la femme.

Même si je ne t’aime plus, diront ces monstres d’ego, il est hors de question qu’un autre homme te possède. Et après chaque drame crapuleux du genre, on entendra parler dans les médias de crime passionnel alors qu’on devrait parler de meurtre sordide. Quand on est capable de tuer la mère de ses enfants, c’est parce qu’on n’a pas de place dans son cœur pour l’amour et encore moins pour une véritable passion.

Si dans certaines sociétés on se marie pour la vie, c’est parce que le divorce n’y est pas une option et le jugement populaire catapulte celle qui quitte son homme de l’autre côté des murailles de la cité. Devant la perspective de vivre une grave anxiété d’exclusion, rares sont celles qui osent s’aventurer sur le terrain de la séparation à moins d’être répudiées par le mari.

En chacun de nous, dit le vieux Cherokee à son petit-fils, il y a un combat intérieur entre deux loups qui se poursuit jusqu’à notre mort. Le premier loup est ténébreux et porte la colère, l’envie, l’ego, l’avidité, le mensonge et bien d’autres vices humains. Le deuxième loup bien plus lumineux porte la joie, la paix, l’amour, l’espoir, la sérénité, l’empathie, la compassion et la générosité. « Lequel des loups gagne le combat ? », demande alors le garçon à son grand-père. Le vieil homme esquisse alors un sourire avant de lui répondre : « C’est celui que tu nourris. »

Moi, je rajouterai que la famille, la société et l’école peuvent aider à nourrir le bon loup chez nos garçons pour leur enseigner le respect et en faire des alliés des femmes.

http://plus.lapresse.ca/screens/38cdb8ef-af6f-48df-b83d-3282751d1e8f%7C_0.html

mardi 11 avril 2017

Un ptit bonheur qui vient des Iles

Diane Hébert

Oui, il y a comme un blues lié à l’andropause.


Tu parles d’une belle journée pluvieuse comme je les aime.

Finalement, je ne me suis pas trop ennuyée à jouer une ptite partie de Rummy avec mes sœurs cet après-midi.

J’adore jouer à ce jeu, je pense qu’il stimule mes hormones oups!!! mes neurones.

Enfin!!! je remets mon appartement à l’ordre, j’étais dans le barda depuis quelques jours avec mon atelier dans la cuisine.

Faudrait bien que je je me trouve d’autres activités un peu plus sociales, avec le beau temps je devrais commencer à sortir de ma tanière mais y a pas grand chose qui m'allume de ce temps-ci, malgré que je prends des hormones.


Le sujet du jour :andropause, la vieillesse en pente douce
Pour l'homme on en parle assez rarement,
C’est tellement masculin de souffrir en silence !
Lolo la plus que parfaite avec ses hormones XXX


L’homme perd 1% de sa testostérone à partir de ses 35-40 ans, tandis que la femme voit ses œstrogènes et sa progestérone baisser nettement en un temps court, de trois à cinq ans, autour des 50 ans.
Même si le choc est moins violent que pour les femmes, les hommes connaissent aussi des changements liés aux variations hormonales.
Explications et solutions.
À la ménopause, la femme chute d’une montagne. Durant l’andropause, l’homme roule doucement au bas d’une colline. Le résultat est le même — et encore, le mâle reste potentiellement fertile jusqu’à sa mort —, mais la manière est radicalement différente.
En effet, l’homme perd 1 % de sa testostérone à partir de ses 35-40 ans, tandis que la femme voit ses oestrogènes et sa progestérone baisser nettement en un temps court, de trois à cinq ans, autour des 50 ans. Une nouvelle fois, la nature est plus clémente avec les garçons… Ce qui est une chance et aussi une malédiction. Car lorsqu’ils sont concernés par des symptômes forts, comme, par exemple, la perte du désir sexuel, les hommes, moins informés, sont plus désemparés. Hormones de substitution, nouvelle manière de vivre sa sexualité ? Chacun opte pour sa solution.

Désir sexuel en berne. Alors que toutes les femmes traversent la ménopause, seulement 15 à 20 % d’hommes sont touchés par le syndrome de déficience en testostérone lié à l’âge, c’est-à-dire une série de symptômes handicapants dus à cette baisse hormonale. Explications de Laurent Vaucher, urologue responsable de la consultation d’andrologie au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV).
Les hommes perdent 1% de leur testostérone, chaque année, environ à partir de leurs 40 ans. Certains quadragénaires ou quinquagénaires vivent très mal cette baisse hormonale.
Laurent Vaucher, urologue responsable de la consultation d’andrologie au CHUV
« Les hommes perdent donc 1 % de leur testostérone, chaque année, environ à partir de leurs 40 ans. Pour la plupart, cette baisse progressive n’entraîne aucun changement notable. Ce n’est qu’au bout du processus, vers 65-70 ans, que certains messieurs connaissent un désir sexuel moins vif, des somnolences après les repas, des insomnies durant la nuit, prennent du poids, voient leurs muscles et leur os s’affaiblir, etc. Cela dit, sans que l’on sache vraiment pourquoi, certains quadragénaires ou quinquagénaires vivent très mal cette baisse hormonale. Tous les symptômes que je viens d’énumérer arrivent brutalement et les obligent à consulter, car leur qualité de vie est touchée. Concrètement, la plupart des hommes qui viennent me trouver consultent pour une baisse du désir sexuel. »