dimanche 15 octobre 2017

LE PLUS GRAND DES AMOURS

Un déluge de pluie ce soir nous rappelle l’automne et je ne m’ennuie pas de l’été.
Emmy dort au pied de mon lit dans un magnifique petit lit gonflé que ses parents m’ont apporté.
Enfin!!! On a trouvé une solution pratique afin que je puisse dormir seule dans mon lit simple, depuis mon déménagement avec Cybèle, c’est sa première nuit à la maison.
Elle m’a demandé pourquoi je vivais avec sa tante Cycy et je lui ai répondu tout simplement,  parce que je l’aime.

 
Une fin de semaine plutôt calme, j’étais prête pour le billard du dimanche, mais je préférais laisser la voiture à Cybèle afin qu’elle se promène avec sa nièce au centre Rosemère.


Je suis tellement fière de moi, j’ai réussi à ploguer mon imprimante, je temporisais depuis plusieurs semaines, car je n’ai pas de disque externe pour installer les pilotes sur mon minuscule portable. Les quelques heures à pitonner à gauche et à droite à faire des recherches m’ont pris tout mon temps de samedi après-midi, en plus, j’ai laissé la parole mécanique à mon ordi et le narrateur a fucky tous mes paramètres.  Malheureusement, plus ça va et plus Windows 10 m’enlève de l’autonomie face à mes décisions informatiques. Il me bombarde d’annonces et me prend en otage avec ses intégrations de nouveaux logiciels.


Parlant décisions, j’en ai pris quelques une cette semaine face à mon célibat, je laisse la place à l’imprévu…advienne que pourra.

Hier soir, une belle surprise complètement inattendue
sur Réseau Contact a enjolivé ma soirée.
Les premiers échanges épistolaires avec un homme plus que charmant m’ont redonné le goût de séduire.
C’est une histoire à suivre naturellement, moi qui ne veux surtout pas traverser trois ponts pour un rendez-vous, c’est, bien possible que le train soit le seul moyen disponible afin d'établir un point de rencontre.


L’écriture c’est bien, mais la voix, les yeux, les paroles doivent correspondent à mes espérances, on planifie une partie de billard et je n’ai aucune idée si elle va se concrétiser d'ici les mois à venir.

En attendant, demain je dois reconduire Emmy à l’école et je dîne avec les Belles-Sœurs, c’est la fête à Diane.


Lolo la plus que parfaite XXX

LE PLUS GRAND DES AMOURS
Le plus grand des amours qui puisse exister est celui qui se trouve sur le plan de l’âme. Lorsque nous bâtissons une relation avec la pleine conscience de nos âmes, le lien que nous ressentons est de nature profonde. Il transcende les limites inhérentes à nos relations humaines et romantiques, et nous donne un aperçu de notre véritable magnificence spirituelle. Au niveau de l’âme, nous nous reconnaissons les uns les autres et nous savons que chaque relation, modeste ou exceptionnelle, n’est qu’un minuscule flocon de neige faisant partie de l’immense avalanche de lumière blanche et exubérante qui constitue l’amour du monde.

Pendant que nos relations changent et que nous-mêmes changeons au fil des jours, nous apportons la preuve qu’il est possible d’aimer consciemment, peu importe la forme que cet amour peut prendre, peu importe ce qu’il peut contenir de surprenant et de bizarre. Nous découvrons que le rapprochement de deux personnes s’effectue à un moment particulier et qu’il a un caractère merveilleusement unique, que la fin d’une relation peut aussi être un début, que chaque fois qu’il y a une transformation énergétique et qu’une nouvelle relation naît, nous abordons une autre vie et nous nous préparons à de nouvelles possibilités. Il est fort probable que le processus soit un vrai supplice, mais même ce supplice peut s’avérer une gratification, car il nous ramène à la profondeur de nos émotions. Il nous ramène à notre propension à la passion, au pardon, à la générosité et à l’expansivité, ainsi qu’à notre besoin d’aimer et d’être aimé.

Bien que nous ne puissions pas encore nous voir dans notre intégralité ni comprendre la direction de notre route, nous faisons tous partie de l’histoire humaine en devenir. Nous avons été appelés à faire œuvre de pionnier dans cette phase de l’expérience humaine, une phase au cours de laquelle les formes se désagrègent pour permettre à nos âmes d’atteindre le plan suivant. Dans ce processus, les vieilles formes usées de relation sont transformées et éliminées, nous versons d’abord des larmes parce que nous avons perdu quelque chose et nous saisissons ensuite la queue d’un cerf-volant qui nous élève toujours plus haut dans les sphères de la conscience. Privilégiés d’avoir été engagés dans ce processus, nous avons la possibilité de connaître le véritable amour dans notre vie

L’amour qui nous réunit, peu importe de quoi il a l’air, n’est rien d’autre que l’énergie de l’âme. Cette énergie a voyagé pendant des vies afin de trouver son expression dans ce moment précis, dans cette relation-là. Noble et généreuse, elle coule à flots sur chaque difficulté et défi que nous rencontrons, dissolvant ainsi la souffrance, manifestant de la beauté et transformant tout ce qu’elle touche sur son passage. Aucun défi n’est trop imposant pour le véritable amour, aucune distance n’est trop grande à parcourir.

En tant qu’âmes, nous connaissons un secret : l’expérience humaine que nous vivons est un enseignement par lequel nous nous rappelons ou découvrons que nous sommes des êtres spirituels. Ceci étant une vérité et bien entendu, la seule vérité qui englobe toutes les autres , nous pouvons cesser de nous torturer alors que nous vivons ces nouvelles et extraordinaires formes de relation parce que nous savons que nos âmes les ont désirées. La moindre d’entre elles est mise en œuvre par notre âme pour nous faire connaître nos profondeurs et nous amener à nous incliner devant le fait que nous sommes des êtres spirituels qui vivons des vies humaines.

extrait du livre : le futur de l’amour , édition ARIANE
Livres conseillés, cliquez sur l’image :

samedi 7 octobre 2017

Vive le rythme et la danse

Ce post sur Facebook m'a donné vraiment le goût de danser.
Mettez le volume au MAX....

Finalement une petite partie de billard après souper avec Cybèle sera mon activité de la journée et je danserai dans mon salon en revenant.

L’échelle de Riche-Coeur, vous connaissez ?

Mon journal pour aujourd’hui


Toute une semaine…
Samedi soir dernier, j’étais en bonne compagnie avec un ami qui n’est pas mon amoureux, mais que j’apprécie beaucoup.
Dimanche, c’était ma journée de billard et lundi j’accompagnais ma sœur au golf en lui servant de caddy.
Une merveilleuse journée ensoleillée au Mont-Tremblant mardi m’a permis d’admirer le décor pas tout à fait automnal des Laurentides en compagnie de mes filles.

Je vis quelques périodes normales d’ennui comme tout le monde, mais je trouve que je m’en sors assez bien.

Je me suis réinscrite sur Réseau Contact et je n’ai aucune idée comment je pourrais bien relancer mon profil, chose certaine il est loin d’être le même que l’an dernier, mes attentes sont sans but précis. L'amour avec un grand A ne fait plus partie de mes critères, je recherche simplement quelqu'un avec qui je pourrai partager quelques sorties et des bons moments à l'occasion.

Aujourd'hui, j’ai décidé de mettre un peu d’ordre dans mes vêtements et laisser ma vie sentimentale faire un tour dans les oubliettes.
La tête la première dans le fond de ma garde-robe à évaluer et répartir mes vêtements d’automne tout en constatant la qualité et le style de certains. J’aimerais bien faire honneur à toutes ses fringues en me trouvant un ami qui serait prêt à m'accompagner dans quelques sorties intéressantes.

Comme disait mon coiffeur, c’est vrai que je suis coquette, j’aime bien l’élégance et le raffinement et ce n’est pas pour rien que j’y ai travaillé pendant plusieurs années.

Le regard de mon miroir d’une femme dépassant la soixantaine avec un corps transformé et les quelques rides qui s’épanouissent me fait peur quelques fois, mais je m’adapte à mon image en essayant de la vivre avec le plus de sérénité possible.


L’échelle de Riche-Coeur, vous connaissez ?

Je viens de relire ce texte que j’avais publié l’année dernière à la même date sur mon blogue Gravoline.

Ce livre m'a procuré un plaisir évident et les citations ne manquent pas, ce n'est que du bonheur et du gros bon sens.
Je vous transmets le chapitre 7...un peu long à lire, mais il en vaut la peine.

Lolo la plus que parfaite XXX



L’échelle de Riche-Coeur, vous connaissez ?
De la passion À la tendresse

‘’On parle pour parler, on écrit pour penser’’
Le seul endroit où l’on trouve le bonheur avant d’en avoir payé le prix,, c’est dans le dictionnaire; par surcroit, le seul moment où on l’on en jouit, c’est dans l’instant présent.
La vie est un rouleau de papier de toilette; plus on arrive à la fin, plus ça va vite
À LA RECHERCHE DU SOURIRE ABSOLU
On n’est pas beau quand on pleure...
La vraie motivation vient des « tripes » bien plus que du cerveau : le sentiment fait agir alors que la logique fait réfléchir.
Je réunis dans ce livre 32 années de réflexions ; parfois entendues, d’autres fois lues ou souvent observées dans le quotidien. Ces réflexions sont le fruit de mon imagination et s’il est un cadeau qui m’a été donné par Dame la Vie, c’est bien cette capacité créatrice de dire avec des mots ce qui se passe dans ma perception des choses. Quand on s’en tient aux faits, on est journaliste ou historien ; quand on colore de sa créativité les personnes et les circonstances, on est conférencier ou écrivain. Vous me demanderez peut-être de quel titre dois-je me vêtir ? Je dirais COMMUNICATEUR !
Qu’ils soient porteurs de joies ou de larmes, il y a des moments de nos vies qui sont plus grands que nous et qui ne relèvent pas vraiment de nous ; qu’on les ait provoqués ou qu’on en soit victimes, ceux-ci font voir aux autres un visage de soi qui ne nous appartient pas non plus ! L’écriture de ce livre dépend de moi bien sûr, mais je dois admettre que c’est surtout l’illustration de ce qui m’a été inspiré de meilleur par mon entourage présent et passé. Une illustration donne de la couleur à un principe parfois gris.
L’auteur a réussi cette belle synthèse entre ses lectures des grands auteurs, sa fréquentation assidue des meilleurs conférenciers nord-américains et sa réflexion personnelle qui nous fait goûter de nouvelles saveurs, sans arrière-goût de réchauffé! Il évite les traditionnels « CE QU’IL FAUT CROIRE » et « CE QU’IL FAUT FAIRE » pour privilégier davantage les « J’AI REMARQUÉ »… et les « J’AI DÉCOUVERT » tellement plus sympathiques. Chacun a l’impression d’écouter le récit d’un maître de l’esprit qui, même devant un grand groupe, s’amuse à philosopher tout haut, sur un ton quasi intime et avec humour. En y regardant de plus près, on découvre une démarche à la fois rigoureuse et curieuse.
Né à Beauport en 1945, qu’est-ce qui a donné la « piqûre de la communication » à Simon Blouin ? Certainement pas ses études en administration à l’Université Laval ! Sûrement pas non plus sa carrière dans le domaine de la finance ou encore ses cinq années à la Banque de Montréal où il obtient consécutivement cinq mentions d’honneur « MILLION DOLLAR CLUB ». Il découvre par lui-même ses talents d’orateur et c’est en 1985 qu’il amorcera sa carrière de conférencier professionnel sur des sujets qui le passionnent : la motivation personnelle, les attitudes des gagnants, la réussite et la qualité. Véritable pionnier dans ce domaine, il en compte maintenant près de 2 700 auprès de 550 clients.

Chapitre 7
De la passion À la tendresse
Nos amours, comme la vie et nos carrières, sont un
jeu, et jouer doit être amusant, en plus de s’accomplir
dans le respect absolu des règles de l’art.

De même, en amour, s’attendre à ce que l’autre devine ce que l’on veut
mène à l’échec, paraît-il ! Il faut le lui dire !

Voici une recette simple, se limitant à trois ingrédients,
récemment divulguée à la télé par une sexologue : de
l’humour dans la relation, de la confiance afin de dire ce
que l’on attend de l’autre et le droit à la dispute qui évitera
l’explosion d’un trop-plein de non-dits. Yvon Dallaire,
notre psychologue chouchou québécois ajoute : « La très
grande majorité des problèmes conjugaux, à savoir l’argent,
l’éducation des enfants, les relations avec les belles-familles,
le partage des tâches, la limite entre la vie privée et la vie
professionnelle et la sexualité, est insoluble. »

mercredi 27 septembre 2017

Rêver de danser


Les rêves du matin qui s’affichent à notre mémoire au réveil sont très importants.

Celui d’aujourd’hui m’a beaucoup touché, je me souviens de tous les détails et de toutes les sensations.
C’était un de ses rêves, je me voyais danser à ne pas toucher terre avec un ancien amoureux en sentant un bonheur immense.
J’aime quand je me réveille avec une telle sensation.
Le rêve de danser est quasi systématiquement associé à quelque chose de positif et de joyeux.
Aujourd’hui, j’étais très fière de Cybèle, enfin!!! elle s’occupe de son apparence, elle est retournée chez le coiffeur pour rafraichir sa coupe, elle se rendait à un souper de famille à l’occasion de la fête de son beau-père Jean-Paul et elle était très belle.

Hier, la grenouille en moi a dit ADIEU à la piscine d'Emman, je pourrai dire que j’en ai profité en masse ces derniers jours avec les filles.

Lolo la plus que parfaite XXX
Rêver de danser
Voir aussi
Rêves d'amour
Rêves d'évasion
Rêves d'anatomie
Rêver de courir, de prendre le train ou l’avion… ces rêves de mouvement peuvent avoir des aspects éprouvants et angoissants. En revanche, le rêve de danser est quasi systématiquement associé à quelque chose de positif et de joyeux. C’est une forme de rêve qui raconte l’alliance entre soi et la personne avec qui l’on danse (le rêve de danse à deux est le plus fréquent). Amour et danse sont ici intimement liés, donnant à ce type de rêve une dimension souvent ressentie comme exaltante.


Signification du rêve de danse
Rêve de danse, un rêve le plus souvent joyeux

Rêver de danser est autant masculin que féminin.
Scénario type
Les rêveurs décrivent des scènes de fête et de liesse où ils se voient danser en tourbillonnant. Il s’agit de moments précieux qui peuvent être la réminiscence de moments véritablement vécus ou d’instants de la vie réelle magnifiés. La sensation de bonheur y est présente et palpable. Les visages sont radieux et les vêtements souvent chatoyants. Le seul moment où ce type de rêve prend un aspect plus macabre, c’est lorsqu’on rêve de danser avec une personne décédée ou avec la mort elle-même.

Variantes de ce rêve
Rêver de carnaval, rêver de faire de la balançoire, rêver de chanter, rêver de faire des blagues, rêver d’inviter ses amis à manger, rêver de faire l’amour, rêver d’être nu(e) au milieu d’une foule, rêver de sauter en l’air, rêver de marquer un but, rêver d’aller au concert, rêver d’applaudir, rêver d’avoir un orgasme, rêver de bague, rêver de mariage

Signification du rêve de danse
Interprétation freudienne
La danse est la représentation symbolique d’un rapport sexuel intense. La valse fait perdre la tête, la salsa met en mouvement le bassin… Dans tous les cas, le corps est engagé de manière enivrante. L’effervescence de la danse renvoie à l’orgasme et à ses bouleversements.

Interprétation jungienne
On rêve que l’on danse avec quelqu’un certes, mais c’est surtout une danse avec soi-même. L’aspect positif de rêver de danser c’est lorsque l’on danse avec une personne de l’autre sexe. Cela peut être considéré alors comme une union symbolique avec son anima (dimension féminine de soi-même) pour les hommes et son animus (dimension masculine de soi-même) pour les femmes. Cette rencontre est le signe d’un équilibre interne qui s’affirme et qui préfigure une possibilité de mieux se connaitre et d’aller vers une plus grande réalisation de soi-même.

Interprétation ésotérique
Pour l’approche ésotérique, rêver de danser est un signe de bonne santé. Le corps ne souffre pas et il est entièrement tourné vers le plaisir, la joie et la capacité à profiter de l’existence.

Analyse du rêve de Luc, 47 ans : rêver d’être un danseur d’exception
"Dans la vie réelle, je déteste danser mais dans ce rêve je me vois comme un danseur d’exception que tout le monde regarde. Je suis comme John Travolta dans « La fièvre du samedi soir ». C’est extrêmement agréable. Je crois que je suis dans un pays étranger car les gens autour parlent une langue que je ne connais pas. Tout est parfait. Je sais intuitivement qu’après cette danse je vais rencontrer la femme de ma vie" - Luc, 47 ans

Le rêveur est quelqu’un de très timide pour qui la rencontre amoureuse est une épreuve terrible et terrifiante. Il fait une psychothérapie pour dépasser ses peurs et se donner les chances de trouver "l’âme sœur". Visiblement, au travers de ce rêve très narcissique, son inconscient lui envoie le message qu’il a franchi un cap et qu’il est prêt à s’assumer et à rencontrer enfin quelqu’un.
Ecrit par:
Alain Héril, psychanalyste et sexothérapeute
Créé le 25 avril 2017
Sources :
Illustration : Photo tirée de Billy Elliot (1999) © PRODUCTION / UNIVERSAL STUDIOS
http://www.doctissimo.fr/psychologie/dictionnaire-des-reves/reve-danse

dimanche 24 septembre 2017

La bonté prend soin de notre cerveau

FIOU!!! Par chance on a des ventilateurs dans les pièces de la maison.

Je profite de mon dimanche pour ne rien faire, c’est-à-dire…je joue à mon jeu de mots qui devrait stimuler un peu mes neurones, je check mes e-mails… quelques ptits tours sur Face Book et j’écris dans ma chambre à l’air frais.

Bienvenue l’été
J’étais avec Emman et Emmy à St-Agathe depuis vendredi soir.
On est allée à la plage hier après-midi, une belle surprise de voir Emmy s’amuser dans le sable avec toute une équipe d’amies. Elle était un amour toute la fin de semaine.



Dans la soirée Emman invite les deux voisines roumaines à partager notre feu de camp, une vraie soirée de filles à placoter et faire connaissance bien installée dans les balançoires.

Monica et sa fille Béatrice de treize ans qui parle aussi vite que son ombre, avec ses cinq pieds huit pouces, elle pourrait devenir une future Nadia Comaneci avec tous les sports qu'elle pratique. Sa mère, ancien professeur de mathématique dans son pays, l'entraine à la gymnastique des chiffres en souhaitant un meilleur avenir pour sa fille dans un pays où les diplômes sont reconnus à travers la planète.

Mes projets pour la semaine ne sont pas trop compliqués, j’ai inscrit dans mon agenda ‘’grenouille dans la piscine d’Emman’’ pour les trois prochains jours de canicule.

Lolo la plus que parfaite XXX


cerveau fleuri

Il n’est pas facile de définir ce qu’est la bonté. Ce mot a un lien avec l’empathie et avec la solidarité, mais il ne se limite pas à cela. Ce n’est pas seulement une caractéristique, c’est aussi une valeur humaine. Cela veut dire que c’est bien plus qu’une faculté, car elle est enrichie par une décision éthique.

La bonté est définie, dans le dictionnaire, comme une inclination à faire le bien. Le problème est que « le bien » est un concept relatif. Une acception plus précise consisterait à dire que la bonté est la capacité à sentir de la compassion. En d’autres termes, ressentir la souffrance des autres comme si elle était nôtre et s’efforcer d’y remédier.
« C’est en recherchant le bien de nos semblables que nous trouvons le nôtre. »
-Platon-
Cette belle vertu ne s’applique pas seulement aux autres êtres humains. La bonté s’exprime aussi face à tous les êtres vivants. Elle serait même applicable à ce qui ne vit pas, dans la mesure où elle implique une envie de préserver ce qui est. Il y a de la bonté, par conséquent, devant une peinture, ou une pierre qui se trouve au milieu d’un chemin.
La bonté est une vertu supérieure car elle implique beaucoup d’autres vertus. L’amour, le respect, la fraternité, la générosité et beaucoup d’autres s’y mêlent. Elle suppose ainsi une évolution spirituelle et mentale importante. Grâce à diverses études, on a aussi pu vérifier qu’il s’agit d’une faculté qui se trouve dans le cerveau et qui constitue la base d’une qualité de vie significative.
L’aire cérébrale de la bonté
Un groupe de scientifiques de l’Université d’Oxford et de l’University College de Londres ont identifié une aire du cerveau qui semble être reliée à la bonté. L’équipe, dirigée par le docteur Patricia Lockwood, a travaillé avec un groupe de volontaires. On leur a demandé de découvrir les symboles qui leur étaient bénéfiques et ceux qui étaient bénéfiques à d’autres personnes.
la bonté d'un enfant envers un hérissonPendant que les volontaires effectuaient ce travail, leurs cerveaux étaient contrôlés à travers des résonances magnétiques. L’expérience menait les sujets étudiés à examiner et estimer la façon dont les symboles pouvaient aider d’autres personnes. Ils devaient toujours déterminer si chaque symbole leur était utile personnellement ou s’il était aussi utile à d’autres.
Lorsque chaque volontaire découvrait la manière dont le symbole aidait les autres, seule une aire du cerveau s’activait. Cette zone s’appelle le « cortex cingulaire antérieur ». Bien sûr, la bonté n’est pas seulement une question de fonctionnement cérébral. Souvenons-nous que ce merveilleux organe a une plasticité énorme et que ce sont les expériences et les comportements qui confirment peu à peu son fonctionnement.
La bonté soigne le cerveau
Le neuropsychologue Richard Davidson a mené une recherche à l’Université du Wisconsin, juste après avoir réalisé un voyage en Inde. En 1992, il rencontra le Dalaï- lama, qui lui posa une question. Elle le marqua pour toujours. Il lui demanda : « J’admire votre travail, mais je considère que vous êtes trop centré sur le stress, l’anxiété et la dépression. N’avez-vous jamais songé à centrer vos études neuro-scientifiques sur l’amabilité, la tendresse et la compassion ? ».
Richard Davidson a réalisé diverses études autour de cette question. Il a découvert, par exemple, que certaines structures du cerveau peuvent changer en deux heures seulement. Un esprit calme produit un bien-être global. Et pour avoir un esprit calme, il faut à peine deux heures de méditation. Cela a été mesuré scientifiquement dans son laboratoire.
Il a par ailleurs trouvé que les circuits neuronales de l’empathie ne sont pas les mêmes que ceux de la compassion. Pour arriver à la compassion, une autre forme de bonté, il faut passer par le chemin de la sensibilité, de la sympathie et de l’empathie. La compassion se situerait à un niveau supérieur. Il s’agit d’un point plus élevé dans la capacité de percevoir, de sentir et de comprendre la souffrance de l’autre. Elle suppose un appel à l’action face à la douleur d’autres personnes.
Davidson a également découvert que l’amabilité et la tendresse font augmenter le bien-être dans différents domaines de la vie. Dans une étude réalisée avec des enfants et des adolescent-e-s, plusieurs changements cérébraux ont été remarqués quand on leur apprenait à faire preuve de plus de compassion et de tendresse. Tou-te-s présentaient de meilleurs résultats à l’école et avaient une meilleure santé. La capacité à être compatissant-e peut donc être entraînée. La bonté est le résultat d’un profond travail intérieur.
°°°
Partagé et transmis par Michel/Arcturius.
Transmettez l'intégralité du texte, et faite référence à la source originale
Merci de mentionner Les Chroniques d’Arcturius 
Merci de demeurer ouvert et de d'utiliser pleinement votre Libre Arbitre.
Penser à faire preuve de discernement par rapport à ces textes.

mercredi 20 septembre 2017

5 manières de manipuler notre esprit



WOW!!!

À mon salon de coiffure aujourd’hui, j’ai fait la connaissance  d’un homme terriblement charmant. En plus de son charme, il est beau, cultivé et nous sommes presque voisins.

Libres tous les deux, nous avons pris une bière au Café de la Gare afin de mieux se connaitre.

Histoire à suivre naturellement, il me plait vraiment beaucoup et j’ai accepté son invitation à souper dans les prochains jours.

Lolo la plus que parfaite xxx


5 manières de manipuler notre esprit
L’esprit humain n’a de cesse de nous émerveiller. La science lui a consacré et lui consacre toujours des années et des années d’étude, mais à ce jour, nous sommes toujours loin de connaître tous ses secrets les plus profonds. Plus on approfondit, plus de nouvelles énigmes apparaissent.

Nous partons du principe que nous connaissons la réalité au travers de notre esprit, et avons également l’illusion que plus on est « rationnel- », plus on se rapproche de la vérité. Cependant, diverses études démontrent que peut-être cela n’est pas si certain.

« Les sens sont notre pont entre l’incompréhensible et le compréhensible. »
– Auguste Macke –

Il y a plusieurs manières de tromper notre esprit. Diverses études ont prouvé que l’on peut faire en sorte qu’il perçoive des réalités inexistantes, mais aussi qu’il déforme les existantes. De manière à ce que l’esprit non seulement organise les raisons, mais peuple aussi notre monde d’idées imaginaires. Dans la suite de cet article, nous vous présentons cinq expériences qui le prouvent. 

1. L’esprit et l’illusion de la main de marbre

En 2014, un groupe de neuro-scientifiques de l’Université de Bielefeld (en Allemagne) a réalisé une curieuse expérience quant à la perception de l’esprit. Les chercheurs ont réuni plusieurs volontaires et leurs ont demandé de s’asseoir et de poser leurs mains sur une table. Ensuite, ils ont tapoté leur main droite avec un petit marteau, alors qu’en même temps les volontaires entendaient un énorme marteau frappant un morceau de marbre.
https://nospensees.fr/wp-content/uploads/2017/09/mano-marmol.jpg
Quelques minutes plus tard, tous les participants ont commencé à sentir que leur main était plus rigide, plus lourde et plus dure, comme si elle était faite de marbre. Leur cerveau a combiné la perception tactile ainsi que la perception sonore, et comme cette dernière était plus forte, elle s’est imposée et à créé l’illusion de la main de marbre. 

dimanche 17 septembre 2017

L’écho de la peur



Apprendre à vivre une vie harmonieuse et paisible en sachant toutes les catastrophes présentes et à venir sur notre planète, il faut être fait fort en titi. Les mauvaises nouvelles abondent chaque jour.

José Blanchette exprime tellement bien le sujet de l’anxiété et de la peur, qu'en lisant sa chronique, je ne pouvais m’empêcher de la partager.
  
 
En passant, pour ceux ou celles qui ne connaissent pas le sujet. allez voir le film< Zeitgeist>  sur Youtube. Ce film était mon premier déclic il y a quelques années à reconnaitre je ne sais quoi.
 
Lolo
L’écho de la peur  Éco-anxiété au coeur d’un ouragan



Certains font de l’anxiété, d’autres en profitent pour s’amuser. Les catastrophes climatiques sont des territoires d”extrêmes. Ici, des enfants de Galveston, au Texas, après le passage de l’ouragan Harvey.
Photo: Brendan Smialowski Agence France-Presse Certains font de l’anxiété, d’autres en profitent pour s’amuser. Les catastrophes climatiques sont des territoires d”extrêmes. Ici, des enfants de Galveston, au Texas, après le passage de l’ouragan Harvey.
J’ai ma valise d’urgence déjà prête, munie de brosses à dents, d’une lampe frontale, de brandy et d’une radio à manivelle. Le site preparez-vous.gc.ca conseille aussi d’avoir de l’argent comptant et un sifflet.
  J’ai ajouté une trousse de médicaments (je devrais prévoir des Ativan) et un petit livre des pensées de Marc-Aurèle, entre deux barres tendres. Je suis prête pour la fin du monde… depuis 11 ans.
  Je ne suis pas une survivaliste, qu’on se rassure, je fais de l’anxiété de façon épisodique. Parfois, elle est reliée à un événement particulier, parfois non. Les Anglos appellent ça de la free floating anxiety, de l’angoisse flottante, un sentiment d’oppression entre le ventre et la gorge, situé entre le malaise postmoderne et la « panique à bord » reptilienne.
  Une personne sur quatre connaîtra un épisode anxieux intense au cours de son existence. Une sur 10 vit avec un trouble anxieux qui mine son quotidien, un problème plus répandu que la dépression.
 
La peur aiguise les sens. L’angoisse les paralyse.
Kurt Goldstein
  Et, malheureusement, on hérite souvent de cette pathologie de ses parents, par mimétisme et contagion, ou même par le sperme, ai-je appris cet été !
  Parfois, l’anxiété est reliée à un événement : la vie. Et lorsque les mauvaises nouvelles se disputent notre attention et minent notre sentiment de sécurité ici-bas, le niveau de l’eau monte dans l’anxiomètre.
  Prenons au hasard deux ou trois ouragans destructeurs — Harvey, Irma et José —, un tremblement de terre de magnitude 8,2, des essais nucléaires pour se divertir le dimanche, un attentat terroriste à Barcelone, des manifestations violentes et antisémites, tout en fixant les poches sous les yeux d’Anderson Cooper à CNN. Les experts climatiques parlent de « nouvelle normalité », rien pour rassurer une éco-anxieuse.
  Comme l’écrivait Cioran, ce grand optimiste : « Depuis des années, sans café, sans alcool, sans tabac ! Par bonheur, l’anxiété est là, qui remplace utilement les excitants les plus forts. »
  Éco-anxieuse, mais je me soigne au champagne
  La semaine dernière, on apprenait que 83 % des échantillons d’eau aux États-Unis (même dans la Trump Tower), en Inde ou en France contiennent des particules de plastique. L’air en contient, le sucre, le miel, l’eau en bouteille et les poissons, bien sûr. Pas le champagne.
  L’activiste Erin Brockovich (incarnée par Julia Roberts dans le film éponyme) s’alarmait lundi, sur sa page Facebook, des résultats d’un rapport rendu public en avril par l’Agence canadienne d’inspection des aliments, qui avait décelé du glyphosate (RoundUp) dans le tiers des aliments testés depuis deux ans.
  Vous avez dit « cancer » ? Radio-Canada rapportait que le président de l’Association canadienne des médecins pour l’environnement soupçonne aussi une résistance aux antibiotiques. Santé Canada estime que les risques sont minimes. Erin Brockovich doit être éco-anxieuse elle aussi.
  L’anxiété est devenue pandémique, au point où les jeunes se passionnent pour le genre littéraire et cinématographique « dystopique », par opposition à l’« utopique », une époque révolue.
  Depuis Hunger Games, la trilogie de Suzanne Collins qui a aussi fait succès au grand écran (quatre films), le genre apocalyptique permet à des hordes de jeunes de canaliser leurs peurs grâce à la catharsis.